Le Japon et l’Alsace sont devenus des amis intimes. Partenariats commerciaux et industriels, échanges scolaires, événements culturels et sportifs… Une relation forte d’amitié, et d’accords professionnels, de curiosité et d’admiration mutuelle, qui dure depuis deux siècles. Cette relation est la base solide sur laquelle nous nous appuyons pour proposer notre participation au décor du futur parc d’attraction GHIBLI.

Merci les réseaux sociaux

En 2017, le Studio GHIBLI, qui produit notamment les films d’Hayao Miyazaki, a ravi les fans du monde entier en annonçant l’ouverture d’un parc d’attractions au Japon. Contrairement au musée GHIBLI de Tokyo qui abrite des œuvres des célèbres films, le parc sera situé sur plus de 200 hectares et sera situé dans la préfecture d’Aichi. Le parc d’attractions prévoit d’ouvrir les trois premières zones à l’automne 2022 et les deux dernières en 2023.

C’est en apprenant cette nouvelle au travers d’un post d’un pote, que ni une ni deux, nous rédigeons un dossier. Jihane CHARRETIER qui conduit déjà des échanges commerciaux avec le Japon nous dispense ses conseils. C’est Asumi ITO-PUCHEU qui nous épaulera sur la traduction. Enfin, nous sollicitons la complicité de Geoffroy WEIBEL pour pouvoir face à un projet qui promet d’avoir une certaine envergure, et pour lequel nous avons besoin d’un collaborateur de talent, s’il est accepté.

Le saviez-vous ?

Hayao MIYAZAKI tire son inspiration (dans plusieurs de ses films) de l’ambiance des villages alsaciens.Il s’est d’ailleurs, plusieurs fois, rendu à COLMAR. Il a longuement étudié l’architecture traditionnelle et les ambiances rurales. Lors de sa venue en France, pour la sortie du Voyage de Chihiro, le distributeur français du flm conseille à M. MIYAZAKI de découvrir l’Alsace. Durant ce
voyage, l’équipe a notamment visité le château du HAUT-KOENIGSBOURG et a observé le travail d’artisans locaux, comme les chapeliers et les forgerons.
En septembre 2002, 5 mois avant le début de la production du flm le Château Ambulant, l’équipe principale du studio part en Europe, plus précisément à COLMAR.

Le décor et la féérie des films GHIBLI font écho à l’affection tendre des japonais pour la vieille Europe. COLMAR, RIQUEWIHR et KAYSERSBERG qui font parties des sites préférés de nos visiteurs Japonais, regorgent de ces détails dont ils raffolent : les colombages, les enseignes forgées des boutiques, des boulangeries… aux vitrines si typiques.
Nous sommes forgerons et nous adorerions nous mettre au service d’un projet aussi fantastique qu’un parc dédié à GHIBLI, pour montrer au public japonais ce que les yeux de M. MIYAZAKI ont pu contempler. Nous aimerions beaucoup collaborer avec l’équipe d’artistes et d’artisans déjà engagés sur le projet pour la fabrication d’objets forgés pour le décor du futur Parc GHIBLI.
Nous avons découvert que M. OMURA avait tissé de bonnes relations avec les Studios GHIBLI et qu’il a visité les musées dédiés ses œuvres à Mitaka, Tokyo, et dans l’atelier GHIBLI à Koganei. Peut être a-t-il pu voir qu’on y faisait référence à une région dans l’Est de la France : l’Alsace.

Un challenge pour nous, mais surtout pour la préfecture d’Aichi

Nous avons constatés sur les réseaux sociaux, que les fans de GHIBLI sont impatients et le montrent sur Internet. D’après la chaîne NHK, le gouverneur d’Aichi aurait dit que la préfecture « a une grande responsabilité » pour répondre aux attentes de tout le monde, « Ce n’est pas facile de construire le parc, on dépense beaucoup d’énergie et d’argent. Mais nous poursuivons ce but pour atteindre une réalisation authentique. Nous œuvrons avec pour que les visiteurs nous disent, en sortant du parc : C’était un rêve mais ce n’était pas un rêve, comme le disent Maï et Satsuki dans Mon voisin Totoro » . Envie de découvrir l’Alsace en image ? https://www.youtube.com/watch?v=xLrGpk3HT10

Faites péter l’encen

À l’heure où nous écrivons Geoffroy WEIBEL s’apprête à rencontrer l’équipe de la préfecture d’Aichi, avec l’aide de Mme Junko GOTO directrice du CEEJA au Japon, dont les bureaux sont justement à Nagoya. Il va y défendre la possibilité de déplacer les effectifs La Maison Luquet et Masseur de Métal dans le cadre d’une collaboration sur l’animation et la production de ferronneries pour le futur parc.

Ce soir un daruma vite attrapé à la boutique Konjaku Colmar, porte désormais notre vœu avec le traditionnel remplissage d’un des 2 yeux. Rendez-vous dans quelques mois pour la suite de cette audacieuse initiative !