Retour sur deux ans de formation dans le cadre du dispositif de savoir-faire rare et d’excellence

Certains métiers ne disposent plus de filière de formation et les professionnels peinent à faire perdurer leur spécialité. Malgré cela des adultes candidats à la formation sont prêts à relever le défi de s’approprier un métier rare. En identifiant ce contexte, la Fédération Régionale des Métiers d’Art d’Alsace (FREMAA) a mis en place en 2006 le « Dispositif de transmission de savoir-faire rare et d’excellence ». Chaque année un jury d’experts sélectionne et suis 12 mois durant, des duos professionnels. Un stagiaire qui emploie son temps et sa patience à créer et à travailler au sein de l’atelier d’un artisan d’art.

Au sortir de la licence d’Art Visuel à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, Simon LUQUET est un intervenant actif dans le programme ARACHNIMA pour le compte de La Maison des Jeux. Il y rencontre son futur maître de stage et la vocation pour son futur professionnel.

De la vocation à l’engagement professionnel

C’est dans ce cadre que Simon LUQUET, aux côtés de son formateur, Gabriel GOERGER, forgeron à UTTENHEIM, a appris à affirmer sa connaissance du métier dans la perspective professionnelle d’intégrer, créer et reprendre une entreprise ; mais aussi d’assurer la pérennité d’un savoir-faire. Gabriel transmet à Simon, les bases de la forge, une première approche de l’acier damassé et la gestion entrepreneuriale d’un atelier de forge.

Complément nécessaire à cet apprentissage pratique, une formation théorique est mise en place par la FREMAA, en partenariat avec l’École supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg. Grâce à un programme pédagogique complet, les cours dispensés permettent à chaque stagiaire d’acquérir son autonomie tant artistique qu’entrepreneuriale.

Une exposition de fin de session, à la chapelle St Quirin de Sélestat, permet à Simon ainsi qu’à ses pairs, d’aboutir une année d’apprentissage. Elle est aussi l’ultime étape pour oser se lancer définitivement dans l’excellence et le renouvellement des métiers d’art.

Perpétuer les valeurs acquises

De cette expérience et de ses valeurs personnelles, Simon LUQUET garde l’envie de transmettre. Perpétuer un métier d’art passe par la qualité de la transmission et de l’accueil fait à ceux qui souhaitent reprendre le flambeaux. La Maison Luquet ouvre ses portes tant aux stagiaires des formations de ferronnerie qu’au grand public qui souhaite s’initier aux bases de la forge.